Fiscalité

Règles de fixation des taux

Règles de fixation des taux

Des règles balisent la fixation des taux auxquels une municipalité peut avoir recours dans le cadre du régime d’impôt foncier à taux variés. Ces règles, qui visent principalement à limiter l’écart maximal entre les divers taux, seront présentées selon qu’elles s’appliquent aux taux suivants :

Vers le haut

1. Taux de base

Le rapport entre le produit d’une taxe et son assiette d’imposition est exprimé sous la forme d’un taux. Le taux de base constitue le taux particulier à la catégorie résiduelle. Il n’y a pas de balise applicable pour fixer le taux de base qui constitue la principale référence pour fixer le taux pouvant être appliqué à chacune des autres catégories. Il est donc le premier taux à être fixé lorsque la municipalité choisit d’imposer un taux distinct à une catégorie d’immeubles différente de la catégorie résiduelle. Dans le cas où la municipalité choisit de ne pas se prévaloir de la possibilité d’imposer un taux distinct à l’égard d’une catégorie particulière d’immeubles, la notion de taux de base équivaut à celle du taux de la taxe foncière générale à taux unique.

Il importe de différencier le taux de base de la taxe foncière générale de celui de toute taxe spéciale sur la valeur foncière destinée au remboursement d’un emprunt ou à toute autre fin particulière.

Références légales : art. 244.38 LFM et 487.4 LCV

Vers le haut

2. Taux particulier à la catégorie des INR

2.1 Coefficient

Le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels (TINR) doit être égal ou supérieur au taux de base. Il ne peut excéder le produit obtenu en multipliant le taux de base de la municipalité concernée par le coefficient approprié en vertu du tableau suivant :

 

Groupes de municipalitésCoefficient applicable
Municipalité de moins de 5 000 habitants hors d'une agglomération de 5 000 habitants et plus4,10
Municipalité de 5 000 à 99 999 habitants ou comprise dans une agglomération de 5 000 à 99 999 habitants4,40
Municipalité de 100 000 à 199 999 habitants ou comprise dans une agglomération de 100 000 à 199 999 habitants4,45
Municipalité de 200 000 habitants ou plus ou comprise dans une agglomération de 200 000 habitants ou plus4,80
Municipalité comprise dans la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine4,80
Municipalité comprise dans l’Agglomération de MontréalFixé par règlement

2.2 Taxe d’affaires : plafond combiné

Si la municipalité impose également la taxe d’affaires, le taux applicable aux INR est plutôt plafonné par une limite maximale des recettes pouvant être prélevées en combinant l’application de ce TINR avec le taux de la taxe d’affaires et, le cas échéant, avec le taux applicable à la catégorie des immeubles industriels.

Ce plafond combiné des recettes (total des recettes de la taxe d’affaires et des recettes non résidentielles et industrielle) est établi en additionnant:

  1. les recettes que procurerait l’application du TINR maximum, à savoir le taux de base multiplié par le coefficient prévu par la loi, à la partie imposable de l’assiette d’application du taux non résidentiel;
  2. les recettes que procurerait l’application du TIND maximum, à savoir le taux de base multiplié par le coefficient prévu par la loi, à la partie imposable de l’assiette d’application du taux industriel.

Références légales : art. 244.39, 244.40, 261.5.1 à 261.5.11, 261.5.17 à 261.5.19 LFM, art. 487.1, 487.2 et 487.3 LCV

Vers le haut

3. Taux particulier aux immeubles industriels

Le taux particulier à la catégorie des immeubles industriels vise surtout à neutraliser les effets consécutifs à une réévaluation importante, tant à la hausse qu’à la baisse, des unités qui comprennent des immeubles industriels. De telles variations sont souvent liées au mode d’évaluation particulier à certains immeubles industriels ou encore à des facteurs économiques imprévisibles.

Il faut d’abord qu’un taux particulier à la catégorie des INR ait été établi pour qu'il y ait un taux particulier à la catégorie des immeubles industriels. Le taux applicable aux immeubles industriels doit être égal ou supérieur au plus élevé de ces deux taux :

  • le taux de base;
  • 66,6 % du TINR.

Il ne peut excéder le moindre de ces trois taux :

  • 133,3 % du TINR;
  • le taux maximal applicable aux INR (multiple du taux de base du tableau suivant).
Groupes de municipalitésCoefficient applicable
Municipalité de moins de 5 000 habitants hors d'une agglomération de 5 000 habitants et plus4,50
Municipalité de 5 000 habitants et plus ou comprise dans une agglomération de 5 000 habitants et plus4,40
Municipalité comprise dans l’Agglomération de MontréalFixé par règlement

Si la municipalité impose aussi la taxe d’affaires, il faut aussi tenir compte du plafond combiné des recettes de taxes pouvant être prélevées sur l’ensemble des INR.

Référence légale : art. 244.43 LFM

Vers le haut

4. Taux particulier à la catégorie des immeubles de six logements ou plus

Le taux applicable à la catégorie des immeubles de six logements ou plus vise à réduire l’exposition des contribuables assujettis au taux de base à une baisse relative des valeurs dans le marché locatif résidentiel.

Le taux applicable à la catégorie des immeubles de six logements ou plus doit être égal ou supérieur au taux de base.

Il ne peut excéder 133,3 % du taux de base (art. 244.46 LFM).

Référence légale : art. 244.46 LFM

Vers le haut

5. Taux particulier à la catégorie des terrains vagues desservis (TVD)

Le taux applicable à la catégorie des terrains vagues desservis doit être égal ou supérieur au taux de base et ne peut excéder deux fois ce dernier.

Référence légale : art. 244.49 LFM

Vers le haut

6. Taux particulier aux immeubles agricoles

Le taux particulier aux immeubles agricoles (exploitations agricoles enregistrées ou EAE) vise à protéger leurs exploitants des effets d’une croissance trop prononcée de la valeur des EAE par rapport aux immeubles qui constituent l’assiette du taux de base.

Le taux particulier aux immeubles agricoles doit être égal ou inférieur au taux de base.

Il ne peut être inférieur à 66,6 % du taux de base.

Référence légale : art. 244.49.0.1 LFM

Vers le haut