Municipalité durable

Les étapes d’une démarche intégrée de développement durable

Portrait et diagnostic

Le portrait, également appelé bilan ou état des lieux, est une synthèse des caractéristiques, des problématiques et des richesses d'une collectivité et d’un territoire, en lien avec les enjeux de développement durable documentés à l'aide d'indicateurs.

Le diagnostic est une analyse qui permet d’identifier, à partir du portrait, les forces et les faiblesses à l'œuvre sur le territoire, les contraintes à l’action ainsi que les occasions favorables pouvant être saisies par l’organisme municipal dans le cadre de sa démarche de développement durable.

Le portrait et le diagnostic serviront de cadre de référence pour toutes les étapes subséquentes.

Comment procéder?

La réalisation du portrait peut être confiée à un chargé de projet, au comité de développement durable ou à une ressource externe. Pour ce faire, il est suggéré de suivre les étapes suivantes :

  1. identifier les principaux enjeux de développement durable sur le territoire (par exemple, la sécurité des citoyens, la dévitalisation ou le vieillissement de la population). L’éventail de ces enjeux doit englober les trois dimensions du développement durable. L’identification et la documentation des enjeux qui structurent le portrait peuvent se faire de différentes manières, par remue-méninges, consultation, enquête, etc.;
  2. identifier des paramètres à considérer pour chaque enjeu (par exemple, pour la sécurité des citoyens : accidents, risques naturels, incendies, etc.);
  3. identifier des indicateurs à mesurer pour chaque paramètre. L’élaboration des indicateurs est un exercice important, mais ardu. Il exige une connaissance des sources de données, puisque de préférence, l’organisme aura recours à des indicateurs ou à des données déjà existantes. Les sources d’information sont nombreuses : recensements statistiques, études sectorielles des ministères ou des organismes parapublics, données des organismes municipaux, rapports annuels, sondages réalisés auprès des citoyens, etc. Ces indicateurs pourront être mesurés à nouveau à l’étape du suivi et de la reddition de compte;
  4. procéder à la collecte et au regroupement des données, sous forme de rapport ou de tableau de bord;
  5. procéder à la validation du portrait par les parties prenantes, au moyen de consultations ou d’autres activités participatives. L’objectif de cette validation est triple :
    • identifier les enjeux, paramètres ou indicateurs qui ont été omis et qui seraient considérés comme importants par certaines parties prenantes;
    • repérer les erreurs dans les données colligées;
    • valider la cohérence entre les données factuelles et les perceptions des parties prenantes.

Le diagnostic s’effectue par la suite en identifiant, à partir des données colligées, les facteurs internes et externes susceptibles d’influencer les orientations et les objectifs de la démarche :

  • les forces et les faiblesses de l’organisme : analyse interne de l’organisme, de ses ressources et de ses capacités;
  • les contraintes et les occasions favorables : analyse de l’environnement et du positionnement stratégique de l’organisme.

Vers le haut

Facteurs de succès

Pour mener à bien cette étape, il importe de :

  • considérer la taille de l’équipe, du budget, du temps et la disponibilité des données dans la planification de l’exercice de réalisation du portrait et du diagnostic;
  • répertorier un cadre ou un système d'indicateurs déjà existant, correspondant à l'échelle territoriale pertinente, afin d’économiser temps et ressources;
  • recourir à une méthode scientifique rigoureuse pour la collecte de données et diffuser celles-ci au sein d’un document vulgarisé, accessible et synthétique;
  • traiter à la fois des dimensions sociale, économique et environnementale;
  • réaliser et valider le portait et le diagnostic avec les parties prenantes pertinentes, afin d’en faire un lieu de réflexion et d'apprentissages collectifs menant à une série d’actions constructives.

Exemple québécois inspirant

Source : Étang du village de Sainte-Marcelline.jpg. Crédit photo : © 2001, Denis Chabot, « Étang du village », Le monde en images, CCDMDLa MRC de Matawinie a entrepris sa démarche d’animation territoriale en 2004, sous l'impulsion d'un groupe d’agents de développement et d’élus. La démarche, appelée Projet de participation citoyenne Matawinie, était motivée par un désir de stimuler simultanément la perspective du développement durable et celle de la participation citoyenne.

Les citoyens de la MRC ont rapidement été invités à participer aux rencontres de cinq comités thématiques : alimentation et agriculture, logement et pauvreté, environnement et qualité de vie, culture et vivre ensemble, opportunité et nouveaux emplois. Ces cinq comités, sous la supervision d'un noyau porteur, ont d'abord été chargés de réaliser un diagnostic de leur territoire selon leur thème spécifique.

Cette caractérisation du territoire, qui s'est échelonnée sur une période de plus d’un an, était d'abord basée sur les perceptions et connaissances des participants. Celles-ci ont ensuite été validées par une recherche de données statistiques, d'études et de rapports. Plusieurs constats ont émergé de ce diagnostic participatif, par exemple :

  • Existence d'une volonté de protéger et d'exploiter l’environnement et la diversité du patrimoine;
  • Tendance à l'exode des jeunes vers les centres urbains et au navettage d'une majorité de travailleurs;
  • Manque de ressources (financières, matérielles, programmes d’aide, etc.);
  • Manque d'information des citoyens sur leurs droits, les ressources, les programmes, etc.;
  • Niveau de scolarité faible.

À la fin de l'étape du diagnostic, un rassemblement des citoyens impliqués s’est déroulé à Saint-Alphonse-Rodriguez (assemblée des membres des comités citoyens). La journée d'activités visait à échanger et valider le travail effectué par chaque comité, puis à prendre connaissance de la démarche et des étapes à réaliser par la suite. Un exercice de vision a également été mené lors de cette activité.

Les résultats du diagnostic territorial et de l'exercice de prospective ont permis de cibler quelques problématiques jugées prioritaires par les comités. Des pistes d’action réalistes ont ensuite été élaborées, et leur mise en œuvre par les comités a commencé en janvier 2008.


Sources : Forest et St-Germain (2010). Rapport de recherche sur la participation citoyenne Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre.

Pour en savoir plus

Vers le haut