No 6 − 9 juillet 2010

Berce du Caucase : une plante envahissante et toxique

Ce numéro du Muni-Express a pour objet d'informer les municipalités sur la berce du Caucase afin que ces dernières puissent la reconnaître et signaler sa présence, prendre les mesures qui s'imposent pour l'éliminer de ses terrains et la détruire de façon sécuritaire et efficace, répondre à certaines questions des citoyens et les référer aux organismes appropriés :

  • en cas d'exposition à la plante;
  • pour connaître les mesures de contrôle ou d'éradication de la berce du Caucase;
  • pour signaler la plante.

Description

La berce du Caucase est une plante herbacée géante (jusqu'à cinq mètres de hauteur), vivace et pluriannuelle. Elle est une espèce exotique envahissante de la famille des Apiaceae. Elle développe rapidement de très grandes colonies et menace les espèces végétales indigènes. Elle a fait récemment son apparition au Québec et, est déjà présente dans plusieurs régions, s'étalant de l'Outaouais à la Côte-Nord et au Bas-St-Laurent.

La berce du Caucase a généralement été introduite dans un secteur pour des raisons horticoles. On la trouve donc sur des terrains privés dont elle s'échappe souvent pour coloniser d'autres milieux, tels que les berges de cours d'eau, les fossés, les abords de chemins de fer et des routes. Elle peut aussi se développer dans les prés, les terrains vagues et les champs agricoles.

Pour l'identifier, consultez le document La berce du Caucase : un envahisseur toxique, bientôt en ligne, qui présentera plusieurs photos de cette plante. D'ici là, vous retrouverez d'autres renseignements sur le site Web Ouverture d'un site externe dans une nouvelle fenêtre du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) concernant la berce du Caucase.

Toxicité

La sève de la berce du Caucase contient des composés chimiques toxiques activés par la lumière, appelés furanocoumarines. Bien que le contact initial avec la sève soit indolore, l'exposition aux rayons ultraviolets du soleil active les furanocoumarines et peut provoquer une brûlure parfois sérieuse appelée phytophotodermatite. Cette affection cutanée est caractérisée par une rougeur et une enflure locale, suivies par l'apparition de cloques parfois étendues sur plusieurs centimètres. La guérison prend habituellement une semaine, mais les lésions demeurent souvent sensibles au soleil et laissent des taches foncées, qui peuvent perdurer plusieurs mois.

Pour toute information concernant les effets sur la santé et ce qu'il faut faire en cas d'exposition à la sève de la berce du Caucase, contactez Info-Santé (8-1-1).

Contrôle

La toxicité et le caractère envahissant de la berce du Caucase sont telles que plusieurs pays ou états lui mènent une lutte systématique visant son éradication. Il est donc plus que souhaitable d'y mener une lutte locale à l'échelle municipale afin de contrôlez le mieux possible sa dispersion.

Il ne faut jamais semer la berce du Caucase, la planter, la multiplier ou la transporter. Il faut éliminer la plante et détruire sa repousse. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour la contrôler, comme l'arrachage manuel ou mécanique ou certaines méthodes chimiques. Pour plus d'information à ce sujet, contactez le MDDEP aux coordonnées ci-dessous.

Il est important de se protéger lors de la manipulation de la berce du Caucase, notamment en couvrant toutes les parties de son corps et les yeux. Pour en savoir plus, consultez le document intitulé : La berce du Caucase: un envahisseur toxique.

Mesures à prendre en cas d'exposition

Lorsqu'il y a eu contact de la sève avec la peau, éliminez la sève le plus rapidement possible en l'épongeant, pour éviter de l'étendre, lavez au savon doux et rincez abondamment avec de l'eau. Couvrez les zones touchées pour éviter l'exposition à la lumière pour une durée minimale de 48 heures.

S'il y a une brûlure, évitez toute exposition à la lumière pour un minimum de sept jours et utilisez un écran solaire (minimum fps 30) pour six mois.

Si les yeux sont atteints, rincez abondamment, portez des lunettes de soleil pour éviter l'exposition à la lumière et consultez un médecin rapidement.

Dans tous les cas il faut consulter un médecin lorsque :

  • les yeux sont atteints;
  • la personne fait de la fièvre;
  • la personne présente des lésions importantes (plus grandes qu'une pièce de 25 cents);
  • un enfant est atteint.

Organismes à contacter pour plus d'information

Problème relatif à la santé

Contactez le service Info-Santé (8-1-1) ou un médecin.

Problème relatif au contrôle de la plante

Contactez le Centre d'information du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs :

Déclaration de la présence de la plante

  • Réseau de surveillance des plantes exotiques envahissantes
  • Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
    • Courriel : info@mddep.gouv.qc.ca Courriel
    • Téléphone : 418 521-3830 ou 1 800 561-1616
    • Télécopieur : 418 646-5974
  • Municipalités


Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
10, rue Pierre-Olivier-Chauveau
Québec (Québec) G1R 4J3
Téléphone : 418 691-2015

La reproduction partielle ou totale de cette publication est autorisée pour des fins non commerciales à la condition d'en mentionner la source.

Vers le haut